Dans quel cas peut-on refuser un prêt entre particuliers ?

31 octobre 2021 Dans quel cas peut-on refuser un prêt entre particuliers ?

Lorsqu’on a un projet urgent à réaliser, la demande de prêt bancaire n’est pas recommandée parce qu’elle pourra la refuser si on un profil d’emprunteur un peu délicate. L’idéal est de se tourner directement dans un prêt entre particuliers où on peut avoir toutes les chances de bénéficier des fonds sans difficulté. Cependant, il est impératif de savoir dans quel cas ce type de financement peut-il être refusé ? La réponse à cette question sera détaillée dans la suite de cette rubrique.

Les différents cas pouvant mener au refus d’un prêt entre particuliers

Comme son nom l’indique, le pret entre particuliers consiste à mettre en relation deux personnes physiques lors d’une opération de financement privée. Cependant, certaines conditions doivent être respectées par les deux parties pour que cette démarche soit une réussite. Concernant les refus de credits entre particuliers motivés par le preteur, on peut citer par exemple :

  • Le taux d’endettement trop élevé de l’emprunteur ;
  • La précarité professionnelle ;
  • Le manque de ressources pouvant impacter le remboursement de la dette.
    Avant d’accorder un credit entre particulier, un rachat ou d’autres types de prets, la banque ou l’investisseur privé doit analyser la situation financière du souscripteur. C’est en fonction de sa solvabilité qu’on lui accorde ou non sa demande de montant d’argent.

Le non-respect des conditions en vigueur encadrant le prêt entre particuliers

Avant d’accepter une demande de crédits, les banques ou les organismes de prets imposent aux contractants des obligations qu’ils doivent absolument respecter. Dans le cas du prêt entre particuliers, il est par exemple très utile de se constituer une preuve afin d’éviter tout malentendu. Pour cela, le créancier et l’emprunteur doivent signer ensemble un contrat de prêt précisant un accord sur le principe qui indique le montant du capital prêté, le taux d’intérêt, mais également les modalités d’acquittement.

Sinon, le redevable doit signer seul un acte juridique qui l’oblige à régler le financement personnel prêté. Cet écrit s’appelle la reconnaissance de dette et est obligatoire pour un crédit entre particuliers supérieur à 1 500 €. Il est à noter que l’argent prêté permet de faire face à une situation imprévue en cas de difficulté financière. Il ne peut pas être ainsi utilisé pour acquérir ou construire un bien immobilier. Si l’emprunteur n’approuve pas les conditions établies par le créancier, ce dernier peut catégoriquement refuser la demande de prêt entre particuliers.

Bon à savoir

Pour emprunter entre particuliers, il est impératif de formaliser par écrit ce type de financement par le biais d’un contrat de prêt ou par une reconnaissance de dette. Ce document doit être signé par les deux parties et doit comporter les mentions obligatoires (valeur du prêt en chiffres et en lettres, durée du prêt, remboursement, taux).

Afin d’éviter tout type de refus lors de cette demande, l’emprunteur et le prêteur doivent être sérieux et honnêtes. Aussi, il faut présenter un dossier solide qui ne fait pas l’objet d’une éventuelle anomalie bancaire. Cela permet d’augmenter ses chances d’obtenir rapidement le montant souhaité. Pour que le prêt puisse être valable, il doit être écrit et comprend la date à laquelle est rédigée. Ceci doit être aussi approuvé et signé par les deux parties.